jeudi 22 août 2019 | 21H14

La Cannetoise 2017 : Interview Sébastien Mathis

La Cannetoise 2017 : Interview Sébastien Mathis

-          Présentez vous en quelques mots, votre parcours, comment la passion du sport est-elle née chez vous ?

Bonjour Laura, aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours aimé et pratiqué le sport, que ce soit le football jusqu'à mes 15 ans, puis le tennis, le cyclisme sur route ou le squash. Avec une tendance à compenser une technique moyenne par un engagement physique plus fort ! (sourire) Au football, je jouais donc stoppeur et taclais à tout va ! Plus tard, à 20 ans, avec un ami, nous nous retrouvions très souvent au pied du Faron à vélo : on mettait alors le chrono à zéro et on partait comme des fous pour essayer d'améliorer notre record, le cœur à 200 ! Strava n'existant pas à l'époque et c'est bien dommage ! Esprit de compétition, dépassement de soi, convivialité, hygiène de vie, etc... le sport m'aurait manqué si je ne l'avais pas rencontré. Plus tard, vers la petite trentaine, je suis passé du footing à la course à pied en compétition, un peu par hasard, après qu'un ami m'ait parlé d'une course organisée dans mon village de Garéoult : nous étions en 2005 si je me souviens bien... J'ai tout de suite aimé et, les années passant, suis devenu plus régulier, améliorant ma pratique et mes entraînements, pour m'installer durablement dans le Top 20 des courses varoises. Coté pro, je possède une maîtrise en économie à l'Université de Toulon et travaille dans le secteur de la réinsertion professionnelle, sur le volet création d'entreprise plus particulièrement.

-          Présentation de votre organisation « Trail and Run », son activité, son âge, …

A force de fréquenter le milieu de la course à pied varoise, j'ai peu à peu développé mon réseau de relations, parmi les coureurs et organisateurs de course notamment. Il y a près de 5 ans maintenant, j'ai donc eu l'idée de créer une page Facebook - Trail & Run - Courses et Coureurs - qui permette de communiquer sur les performances de chacun et sur les courses locales, à l'image du magazine L'Equipe, mais à l'échelle du Var. A l'image des Youtubeurs actuels, j'avais trouvé le moyen de jouer les journalistes sportifs en herbe ! De mois en mois, le nombre d'abonnés a augmenté, au point d'atteindre à ce jour 33000 lecteurs, chose que je n'aurais jamais imaginé. Et forcément, le contenu de la page s'est adapté à un public plus large et pas seulement local.
En parallèle, j'ai très vite eu l'idée de lancer une compétition - le Challenge Trail & Run - comptabilisant la totalité des courses du département, en partenariat avec des magasins de sport du bassin toulonnais : en fan de classement que je suis, ce championnat répondait à l'objectif de créer une compétition entre coureurs, au fil du calendrier des courses, tout en générant un suivi magazine, avec multiples rebondissements, à l'image de la Ligue 1 de football ou du Top 14 de rugby ; avec une limite toutefois : l'impossibilité de connaitre le nombre réel de coureurs engagés et donc l'impression, parfois, de développer un projet sans certitudes... 

-         Et le défi varois ?

Après 3 ans de bons et loyaux services, le Challenge Trail & Run devait donc cesser et passer la main à un projet plus risqué, mais aussi plus ambitieux, le Défi Varois. Ce projet, que l'on peut comparer à un championnat de course à pied regroupant un nombre limité d'épreuves partenaires, est accessible sur inscription seulement, ce qu'aucun autre challenge n'a osé faire à ce jour - avec le risque de ne générer aucune inscription... et de rentrer à la maison ! Pour que ça marche, il fallait donc trouver un système gagnant / gagnant :  pour les coureurs tout d'abord, qui dès leur inscription se voient offrir des cadeaux partenaires, puis bénéficient d'un suivi médiatique de leurs performances et intègrent tout un ensemble de classements par équipe - la course à pied devient un sport collectif ! - et individuels, avec nombreux lots et primes à l'arrivée ; pour les organisateurs de course ensuite, qui augmentent sensiblement le nombre de participants à leur épreuve grâce aux coureurs du Défi et à la communication faite auprès des 33000 lecteurs de Trail & Run ; pour les magasins partenaires, enfin, qui améliorent leur visibilité auprès de ce même public et génèrent un passage supplémentaire lors du retrait des cadeaux. Après 1 an d'existence, le Défi Varois est devenu Défi car ses épreuves ne sont plus seulement varoises : il vient d'entamer sa 3è édition et a généré près de 200 inscriptions. Le concept semble donc porteur !

-          Pourquoi avez-vous souhaité intégrer la Cannetoise à votre défi et que pensez-vous de cette course ?

Sans parler de cahier des charges, le choix d'intégrer une épreuve au Défi répond à certains critères, comme la qualité de l'organisation en place, le choix du parcours proposé, la complémentarité avec les autres courses prévues au calendrier et bien entendu la relation que j'entretiens avec mes interlocuteurs. La Cannétoise remplir haut la main tous ces critères : c'est une belle épreuve atypique - entre course sur route et course nature -, elle est organisée de main de maître dans une ambiance particulièrement conviviale ; qui plus est, j'entretiens d'excellents rapports avec Richard Spinosa, le directeur de course, qui est à la fois une connaissance professionnelle et amicale. Ce choix s'imposait de lui - même et je suis certain que le succès sera une fois de plus au rendez-vous en mai prochain !

-          Quels sont vos projets sportifs en cours cette année, et pourquoi pas les suivantes si vous avez en ce moment de grands projets sur lesquels vous travaillez ?

Sur le plan sportif, j'espère simplement pouvoir maintenir ma pratique de la course à pied - le trail surtout - le plus longtemps possible à mon niveau actuel ; c'est ma seule ambition, sans trop de blessures si possible... Je croise les doigts ! (sourire). Le Défi et Trail & Run - Courses et Coureurs demeurent le fruit de ma passion pour le sport et si ces 2 projets continuent à se développer, cela signifiera qu'ils remplissent leur mission : satisfaire leurs acteurs - participants, organisateurs de courses, sponsors et lecteurs. C'est tout ce qui m'importe : ce fameux système gagnant / gagnant. A coté de ça, je développe également d'autres pistes, comme le domaine de la promotion d'épreuves sportives, en partenariat notamment avec l'entreprise Sportips. Tout cela est affaire de plaisir, et c'est bien l'essentiel !