jeudi 09 juillet 2020 | 07H28

Interview portrait #08 - Elhame Bentalha

Interview portrait #08 - Elhame Bentalha

La ville du Cannet des Maures présente quelques-uns des agents municipaux et bénévoles qui ont oeuvré tout au long de la période de confinement pour améliorer notre qualité de vie.

Elhame Bentalha, secrétaire du Pôle Public de l'Eau

Cursus scolaire et professionnel ?

J’ai passé un bac professionnel spécialisé dans le « service accueil » que j’ai obtenu en 2002.

Depuis quand travailles-tu à la mairie ?

Je suis arrivée en 2003, j’avais 20 ans, c’était mon premier emploi. J’ai été titularisée en 2005. J’ai commencé en tant qu’agent du patrimoine, j’étais à l’accueil de la médiathèque, je m’occupais des inscriptions, de l’administratif et de la comptabilité.

Quelle est en temps normal ta fonction au sein de la mairie ?

Actuellement, je gère les demandes d’ouverture et de fermeture d’abonnements, de compteurs. Je m’occupe des appels, je fais le lien entre les administrés et les équipes terrain du service technique lorsqu’il y a par exemple des soucis de fuite. Je m’occupe de la facturation des 2000 compteurs de la ville, je vérifie qu’il n’y ait pas de soucis de surconsommation, ce qui pourrait laisser suspecter une fuite, je fais au besoin les rectifications, les relances, les déclarations à l’agence de l’eau… Bref tout ce qui touche à l’administration et la comptabilité.

Ta fonction pendant la période de confinement ? 

Le confinement n’a rien changé à mes fonctions. C’est surtout au niveau de l’organisation du service que j’ai été impactée. J’ai géré ce que j’ai pu chez moi, quand c’était nécessaire, je me déplaçais. L’astreinte téléphonique a également été prise en charge par les services techniques.

Comment as-tu vécu le confinement ?

On m’a laissé le choix du télétravail. Tout s’est fait assez brusquement. J’ai trois enfants d’âges différents, un en petite section de maternelle, un en sixième et une grande fille en seconde, il a fallu les suivre au niveau scolaire. Les journées étaient bien chargées ! Il fallait appliquer les plannings de cours à la lettre, rendre les travaux aux professeurs. J’ai fait comme tous les parents je crois, j’ai jonglé entre plusieurs travaux, maman, maîtresse, secrétaire… Au départ, j’appréhendais, mais ensuite j’ai vu que l’organisation se mettait en place et puis c’est devenu une routine.

Que penses-tu de ton rôle en période de crise ?

Maintenir le poste, je pense que c’était important. Pour le suivi, que les administrés ne se sentent pas abandonnés. C’est une bonne chose que pendant cette période, on ait pu se rendre compte que tous les maillons de la chaîne ont leur utilité.