mardi 11 décembre 2018 | 11H22

le maire

le maire

Le Docteur Jean-Luc Longour, a été élu maire de la commune du Cannet des Maures lors du conseil municipal du 21 mars 2008 ; il fut lors de cette mandature Vice-président de la Communauté de Communes Cœur du Var en charge de l'élimination des déchets et de la protection des espaces naturels sensibles et Président du Syndicat Intercommunal d'Adduction des Eaux de la Source d'Entraigues.
Le 28 mars 2014, Jean-Luc LONGOUR est réélu maire du Cannet des Maures pour un deuxième mandat consécutif, et élu Président de la Communauté de Communes Cœur du Var le 24 avril 2014.

« Mes racines familiales tant paternelles que maternelles sont implantées en Corrèze, « le pays vert », territoire rural dont une partie des jeunes a dû s’expatrier dans les années 1960 faute d’emplois.

Bon nombre ont choisi la région parisienne et notamment le « 93 », la Seine Saint Denis où j’ai vu le jour en 1959.

En 1987, j’ai obtenu mon diplôme de Docteur en Médecine à Paris pour m’installer l’année suivante au Luc en Provence, mon domicile demeurant au Cannet des Maures.

J’ai pratiqué de nombreux sports dont le rugby pendant 30 ans.

Avec mon club de rugby mais aussi à titre personnel, j’ai parcouru le monde, de New York à Sydney, de Stockholm à Mexico, de Londres à Dakar, de Berlin à Saint Petersbourg, de Montréal à Hongkong et bien d’autres destinations qui m’ont donné ma conscience internationale.

J’aime l’Histoire, la philosophie, les voyages, l’art et les artistes.

Imprégné d’une longue tradition française initiée par Montaigne, Voltaire ou Rousseau, je suis modestement mais sincèrement humaniste dans ses valeurs de tolérance, d’ouverture d’esprit, de liberté, de libre arbitre, d’indépendance, de transmission de la connaissance, d’universalité. « L’homme est un idéal auquel il faut croire mais il est aussi mortel, raison supplémentaire pour le défendre». André Comte-Sponville.

Je suis un européen convaincu quand bien même la construction de l’Europe nécessiterait encore de manifestes améliorations.

Adepte de la loi de 1905 sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat, je crois en la laïcité comme facteur de tolérance et de paix.

En référence au grand Nelson Mandela, je considère qu’il faut cultiver l’esprit « Ubuntu », concept africain qui associe, humanité, hospitalité, dialogue et construction en commun : « je suis ce que je suis grâce à ce que nous sommes tous ».

Je crois au progrès technologique pour peu qu’il intègre la dimension humaine, qu’il participe d’un progrès social et solidaire et respecte l’environnement tant la bonne santé de notre mère la Terre est une condition sine qua non de la pérennité de l’espèce humaine.

Voici en quelques mots les valeurs qui m’animent et motivent mon engagement public.

Avec dévouement et passion, servir l’intérêt général, contribuer à construire un monde meilleur et le moment venu passer le témoin à nos enfants comme maillons d’une longue chaîne de l’humanité dans le temps comme dans l’espace, telle est ma conception de la politique, bien conscient que nous ne sommes que de passage. »